Sorties

Edito Décembre 2017

Dernier mois de l'année ! Et les cadeaux de Noël qui approchent à grands pas: avez-vous trouvé le roman ou le film à mettre sous le sapin? Rendez-vous en PAL et PAV 2017 pour un flashback de l'année écoulée, et prendre des idées. Les résolutions pointent le bout du museau: continuons à lire et aller au cinéma, qu'en pensez-vous?

samedi 30 janvier 2016

"Le livre des Baltimore" de Joël Dicker

Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Golman, l'auteur de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. 
Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012 il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman.


L'écrivain va retrouver la femme qu'il a aimé pendant des années et quitté, évènement provoqué par le chien de Madame. Un trio sentimental va se créer entre cet écrivain, l'ex compagne et le nouveau compagnon de cette dernière. C'est aussi le retour en arrière, dans son enfance: un ami qui meurt sur le terrain de football (pourquoi? à vous de lire !), trois amis qui aiment la même fille et qui vont passer un pacte de ne pas sortir avec elle. C'est aussi les vacances, les trajets entre les villes, la fascination. Les faux-semblants: il faut sauver les apparences, même si une entreprise ne va pas bien ou si on a envie de quitter son mari / sa femme.

Joël Dicker apporte un drame majeur, avec d'autres lignes assez fortes, sans oublier de l'émotion: des liens d'amitié, une pointe d'amour, quelques regrets. Sans oublier la conclusion de tout ça.

Ma note: 5/5 Joël Dicker apporte un roman qui parle d'un drame familial qui hante le protagoniste mais aussi la vie qui continue. Joël Dicker ne sombre pas dans les larmoiements dégoulinants, il trouve une justesse dans les mots qui permet de s'en tenir à ce qui se passe avec les ressentis presque bruts des personnages. Les trajets entre l'enfance et le fil de la vie est très bien équilibré.

mercredi 20 janvier 2016

"Retour vers le futur 2" de Robert Zemeckis

Casting: Michael J Fox, Christopher Lloyd, Lea Thompson, Jeffrey Weissman, Thomas F Wilson, Elisabeth Shue

Lors de son premier voyage en 1985, Marty a commis quelques erreurs. L'avenir qu'il s'était tracé n'est pas si rose, et son rejeton est tombé sous la coupe du voyou Griff Tannen, qui veut régner sur la ville. En compagnie de son ami Emmett "Doc" Brown et de sa fiancée Jennifer, Marty va devoir entreprendre un voyage vers le futur, pour tenter de donner un peu plus de moralité à son héritier. Un voyage aux conséquences dramatiques...


Marty se réveille avec sa famille complètement chamboulée, lorsque Doc arrive pour annoncer que les mouflets, ceux qu'il aura avec Lorraine, auront de graves problèmes dans le futur. Le trio, ainsi que le chien Einstein (qui a été cryogénérisé), se retrouvent projetés au 21 octobre 2015.


Tout ce que Doc donne comme indication à Marty: un groupe doit venir lui demander ce qu'il en est pour ce soir, Marty doit dire non. Marty a rendez-vous dans un bar, devra commander un Pepsi, rencontrera le groupe, déclinera la proposition, et basta retour dans le passé. Voilà le scénario donné par Doc.


Marty va bel et bien s'en tenir à cette ligne de conduite... Sauf qu'il va craquer sur un almanach sportif et se le faire voler, tout en se vantant de voyer dans le temps... Ça ne va pas tomber dans l'oreille d'un sourd... De retour dans le passé, tout a changé: en effet, Biff, en possession du sésame donnant tous les résultats sportifs jusqu'en 2000, est devenu multi milliardaire. Il apprend le funeste destin de son père George. Et ce n'est pas fini, question révélations...


La mission, désormais, est de revenir à la date de l'échange de l'almanach, en 1955: retrouver la date exacte où l'almanach est tombé entre les mains de Biff, pour le détruire, et ainsi remettre le bon 1985 sur les rails. Car, comme l'explique Doc, le 1985 comme Marty le voit là (Biff milliardaire ou encore la résidence Lyon en seconde zone etc.) est une ligne temporelle alternative.


21 Octobre 1986, 21 octobre 2015, pour revenir en 1955. Plusieurs situations à rectifier. Le film démarre sur la fin du premier volet, et se termine lors de l'orage à l'horloge de la place. Marty va recevoir plusieurs leçons de vie au cours de cet opus. Quel 1985 Marty va-t-il retrouver? Suite au prochain épisode !


Ma note: 4.5/5 beaucoup de voyages temporels, ce qui permet à Marty de prendre conscience qu'une simple envie peut tout changer: un simple Almanach, entre de mauvaises mains, et se vanter de voyager dans le temps, dans de mauvaises oreilles, peut s'avérer très embêtant.


A voir: si vous avez apprécié le premier volet

A zapper: si vous n'avez pas envie de savoir comment 215 va être perçu


vendredi 15 janvier 2016

Breaking Bad saison 1

Casting: Bryan Cranston, Aaron Paul, Anna Gunn, Dean Norris, Betsy Brandt, RJ Mitt, Bob Odenkirk, Jonathan Banks


Walter, professeur de chimie dans un lycée, donne un second souffle à sa vie lorsqu'il apprend qu'il souffre d'un cancer en phase terminale. Pour subvenir à leurs besoins et à ceux de son fils atteint d'une infirmité motrice cérébrale, Walter travaille en plus à temps partiel dans un lave-auto. Et sa femme, Skyler, commerce sur Ebay. Réalisant que l'avenir de sa famille est incertain, Walter n'envisage qu'une seule solution efficace: fabriquer et vendre une drogue grâce à l'aide d'un ancien élève, Jesse, qui deviendra son partenaire indispensable.


Pour cette première saison, nous avons 7 épisodes d'environ 45 minutes. Une évolution assez spectaculaire d'un épisode à l'autre. Annoncer la maladie, cacher la cuisine de crystal meth, rencontrer un baron dans le domaine, éliminer les autres traficants... C'est aussi la vie qui continue: Skyler est enceinte, baby shower, médecines alternatives pour traiter le cancer...


Bryan Cranston, le nom ne vous dit peut-être rien. Replongez vous dans la série Malcom... Le père... Eh oui, Hal n'est autre que Bryan Cranston. Après un rôle de père plutôt particulier, le voilà dans le rôle d'un père (encore) mais cette fois malade et qui se lance dans l'illégalité.


Secrets, trafics, tenter de sauver les apparences. Tenter de continuer une vie de famille bien que le fiston soit handicapé moteur, que madame soit enceinte et que monsieur gère comme il peut ses vies multiples. Leçons de chimie en passant: comment créer du crystal meth, quelques passages de cours dans l'établissement où Walter enseigne...


Bilan de cette saison 1 de Breaking Bad: des complémentarités dans les personnages, des ressources que l'on ne soupçonnait pas se réveillent. Un ton très juste dans les dialogues: pourquoi Walter ne veut pas suivre de traitement,Marie la soeur erratique alors que Skyler a l'air d'être plus dans une approche terre à terre et dialogue... Un très bon équilibre des tableaux: le traitement du cancer, la vie de famille, le trafic...


Le mélange des sujets est très bien abordé. Les trames restent très facile à suivre. Des leçons se tirent à partir de nombreuses situation. Tout évolue en parallèle, rien ne reste inerte. Une spirale se met en place, une autre prend la relève. Pas toujours besoin de musique, les silences parlent d'eux mêmes. Cette première saison donne un très bon ton.


mercredi 13 janvier 2016

"The big short: le casse du siècle" d'Adam McKay

Casting: Brad Pitt, Steve Carell, Ryan Gosling, Christian Bale, John Margaro, Karen Gillan, Melissa Leo, Marisa Tomei

Wall Street. 2005. Profitant de l’aveuglement généralisé des grosses banques, des médias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l’explosion de la bulle financière et mettent au point… le casse du siècle ! Michael Burry, Mark Baum, Jared Vennett et Ben Rickert : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques … et tenter de rafler la mise ! 


Crise des Subprimes, Goldman Sachs: ça vous dit quelque chose? Des groupes ici et là décident de miser contre les banques, voyant venir l'instabilité d'une pratique bancaire: le subprime. Des taux instables, des AAA planqués avec du BB: un fonctionnement qui menace les crédits, et qui ne peut, selon ces financiers marginaux, continuer indéfiniment.


Brad Pitt en ours des cavernes, blasé du système. Christian Bale en mode autiste: il analyse les chiffres avec du hard rock et du heavy métal dans les oreilles ou avec une batterie. Steve Carell consulte des groupes de paroles, à la suite du suicide de son frère, sur conseil appuyé de sa femme. Création de contrats contre les banques, sur fond de railleries.


Le genre de film à voir d'abord en français. Les sous-titres français ne sont pas de trop: explications des termes financiers de manière orale et avec un encart dans un coin de l'écran. A la mise en vente, libre à vous de vous atteler à ce film en VO. Mais déjà la version française, sous-titrée français, est vocabulairement élevé. Il faut se concentrer pour suivre.


Un casting de très haute voltige, pour un film inspiré de faits réels. La conclusion sur les suites de cette hécatombe financière n'est pas épargnée: combien de personnes ont perdu maison et/ou emploi, rien que pour les Etats-Unis, donne le tournis. Une mention à l'Islande, la Grèce et l'Espagne, ces pays qui se sont également écroulés après cet évènement, n'est pas oubliée.


Ma note: 4.74/5 un film autour de la finance dont le vocable est largement respecté, avec les stéréotypes des banquiers au rendez-vous. Le casting fait ressortir différents états d'esprits, le tout se complète. Parmi les requins de la finance, ces individus en vendetta font aussi preuve d'acharnement. Chaque personnage apporte une touche dans ce film qui se veut économique, une approche qui peut parfois être ardue à suivre mais qui ne manque pas d'intérêt.


A voir: parce qu'il y a bien un acteur que vous ne rechignerez pas à voir, pour tenter de cerner l'envers du décors de la crise subprime

A zapper: si vous sentez de loin le cours de finance en ce basant sur un cas réel


dimanche 10 janvier 2016

"Avant le labyrinthe: l'ordre de tuer (4/4)" de James Dashner

Treize ans avant que Thomas entre dans le labyrinthe, une éruption solaire a frappé la Terre. Mark et Trina ont survécu à la catastrophe. Mais cette terrible épreuve n'est rien comparé à ce qui les attend. Une étrange épidémie se répand aux États-Unis, elle frappe de folie les individus qu'elle atteint. Pire, elle met en danger jusqu'à l'existence de la race humaine! Convaincus qu'il existe un moyen de sauver les malades, Mark et Trina sont bien décidés à le trouver... S'ils parviennent à rester en vie. Dans ce monde dévasté, certains préfèrent tuer, pour que personne ne découvre la vérité...


Le préquel à la trilogie du Labyrinthe propose de revenir sur la Terre tout juste après les éruptions solaires. Mark, Trina et Alec sont en mode survie comme bon nombre de personnes sur la planète. Mais dans un décor ravagé, comment s'en sortir? Surtout que lors de leur transition vers une soit-disant zone de sécurité, le trio va rencontrer une nouvelle épreuve: un berg va lâcher une troupe d'humain, groupe décidé à lancer ses fléchette sur tout bipède... Deedee va montrer des capacités de résistances, touchée deux mois auparavant, et va être vue comme le ticket de survie pour le groupe. Ou pas.

James Dashner donne quelques pistes sur le vécu post apocalyptique, l'apparition du virus, et une ébauche du programme de diffusion de ce virus qui deviendra vite incontrôlable. Dommage que le programme de régulation ne soit pas plus développé. Pourquoi pas une partie sur l'avant éruption: les scientifiques ont certainement dû voir un problème, avertir les gouvernements de chaque pays, puis ensuite les éruptions apparaissent et enfin la survie.

Ma note: 4/5 le virus se propage différemment selon les individus du groupe, une ébauche de la création du programme du virus, le rapport tendu entre deux groupes politiques post-apocalypse: James Dashner propose une Terre post éruptions avec une survie remise en question tout en proposant une régulation de la population. J'aurais apprécié un passage sur l'avant éruptions (il y a bien eu des signes avant coureur?) et comment les gouvernements se sont organisés à l'issu du drame: cela aurait donné des dimensions complètes quant au contexte post éruptions.

mercredi 6 janvier 2016

"Star Wars épisode VII Le réveil de la force" de JJ Abrams

Casting: Daisy Ridley, John Boyega, Adam Driver, Harrison Ford, Oscar Isaac, Andy Serkis, Peter Mayhee, Kenny Baker, Anthony Daniels

Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga "Star Wars", 30 ans après les événements du "Retour du Jedi". Leia continue de maintenir la Rébellion, pendant qu'un nouvel ordre obscur s'est installé. Luke Skywalker reste introuvable et ne donne pas signe de vie.


Rencontrez BB-D8, le cousin de R2-D2: il se retrouve en mauvaise posture avec son maître Poe. Finn, dans l'armée de la force obscure en tant que Stormtrooper, refuse de détruire un village. Rey pille des épaves pour son repas. Chewbacca et Han Solo reprennent possession du vaisseau. Leia continue de mener la résistance. R2-D2 est en veille depuis le départ de Luke.


Mais pas que... Leia et Han Solo ont eu un fils Kylo, qui a la force, mais sert le côté obscur. Légitime me direz-vous: Leia a la force en elle, étant la soeur de Luke. D'un côté générationnel, Dark Vador est le grand-père de Kylo.


En tenant compte du lien de parenté entre Leia et Kylo, il n'y a pas de réveil de la force. Juste une continuité de la force. Vous devez donc vous demander d'où vient le réveil? Forcément d'un autre personnage, qui va forcément montrer certaines capacités.


Cet opus est aussi l'occasion de voir une nouvelle génération de Stormtrooper: il y a toujours la génération blanche, mais une édition métallique est présente. C'est aussi un nouveau look pour le méchant: la voix typée Dark Vador est conservée, mais le design du masque a évolué.


Un septième opus standard me diriez-vous: la rébellion contre l'étoile noire, la force gentille contre la force obscure, un nouveau personnage pour continuer l’œuvre de Dark Vador. Mais ce serait avoir attendu pour pas grand chose au final. Trois éléments vont permettre les rebondissements. Sans spoiler, voici deux indices: un personnage va révéler avoir la force, une confrontation va provoquer la perte d'un personnage majeur de la saga et un personnage inattendu va apparaître.


Ma note: 5/5 des effets spéciaux remis à la sauce du jour, flanqué des personnages qui ont fait leurs preuves et le casting qui va avec, sur une musique mythique et un développement de moyens importants. Deux éléments vont permettre un nouveau souffle à la saga: la force et une bataille, qui vont donner de nouveaux tournants.


A voir: pour les inconditionnels de la saga, si vous avez vus au moins les épisodes IV / V / VI

A zapper: si vous n'avez rien suivi de la saga


mardi 5 janvier 2016

"Le labyrinthe l'épreuve: le remède mortel (3/4)" de James Dashner

Le WICKED a tout volé à Thomas: sa vie, sa mémoire et maintenant ses seuls amis. Mais l'épreuve touche à sa fin. Ne reste qu'un dernier test... Terrifiant. Cependant, Thomas a retrouvé assez de souvenirs pour ne plus faire confiance à l'Organisation. Il a triomphé du Labyrinthe. Il a survécu sur la terre brûlée. Il fera tout pour sauver ses amis, même si la vérité risque de provoquer la fin de tout...


Dans la ville où les habitants n'ont pas développé la Braise, Thomas et le groupe tente de mettre les idées en ordre pour avoir un plan. Sauf que la situation va rapidement se dégrader, notamment après leur visite à l'Hôtel où les malades sont regroupés. Thomas va finalement aller dans la base du WICKED, comme pour se rendre, tandis que les autres vont tenter un assaut: le groupe va alors lui révéler l'épreuve finale... Qui va être au-delà de ce qui a pu s'imaginer...

James Dashner abat ici les dernières cartes du WICKED: pourquoi Thomas plus que Teresa (bien que Teresa soit une candidate sérieuse pour trouver le remède à la Braise) et l'utilité finale de Thomas dans cette quête de soin.

Ma note: 5/5 Thomas va trouver une alliée de taille dans la finale, une clef pour pouvoir entrevoir autre chose que la désolation de la planète et les Fondus qui tombent comme des mouches. Même le groupe de rébellion, monté contre le WICKED, n'est pas aussi propre qu'il n'y paraît. Au final, tout est bon pour sauver ses intérêts: WICKED, la rébellion, et même Thomas.

dimanche 3 janvier 2016

"Star Wars épisode VI le retour du Jedi" de George Lucas

Casting: Harrison Ford, Mark Hamill, Carrie Fisher, Billy Dee Williams, David Prowse, Anthony Daniels, Kenny Baker, Peter Mayhew, Frank Oz, Alec Guinness, Ian McDiarmid

L'Empire galactique est plus puissant que jamais : la construction de la nouvelle arme, l'Etoile de la Mort, menace l'univers tout entier... Arrêté après la trahison de Lando Calrissian, Han Solo est remis à l'ignoble contrebandier Jabba Le Hutt par le chasseur de primes Boba Fett. Après l'échec d'une première tentative d'évasion menée par la princesse Leia, également arrêtée par Jabba, Luke Skywalker et Lando parviennent à libérer leurs amis. Han, Leia, Chewbacca, C-3PO et Luke, devenu un Jedi, s'envolent dès lors pour une mission d'extrême importance sur la lune forestière d'Endor, afin de détruire le générateur du bouclier de l'Etoile de la Mort et permettre une attaque des pilotes de l'Alliance rebelle. Conscient d'être un danger pour ses compagnons, Luke préfère se rendre aux mains de Dark Vador, son père et ancien Jedi passé du côté obscur de la Force. 


Luke va montrer des signes d'avancement dans son profil de Jedi en faisant face à Jawa. Leia va être temporairement prisonnière de Jawa. Han Solo va se faire cryogéniser pour se faire réchauffer par la suite. Rencontre avec des Ewok, sortes de minis Chewbacca. Mission destruction de la source de protection de la nouvelle Etoile Noire.


L'Empereur, Dark Vador et Luke vont donner une confrontation majeure lors de la bataille finale. Cette confrontation va être décisive: l'Empereur peut avoir un nouveau disciple, Dark Vador montre ce que l'on devient en embrassant le côté obscur de la force, Luke est un Jedi qui peut tomber dans ce côté obscur.


Ma note: 5/5 Dark Vador va révéler son vrai visage dans les dernières minutes du film, ça bastonne un peu partout et avec un peu de tout niveau personnages. Découverte des Ewok avec leur langage propre ainsi que leur village dans les arbres.

"Star Wars épisode V l'Empire contre-attaque" de George Lucas

Casting: Harrison Ford, Mark Hamill,Carrie Fisher, David Prowse, Anthony Daniels, Kenny Baker, Peter Mayhew, Frank Oz

Malgré la destruction de l'Etoile Noire, l'Empire maintient son emprise sur la galaxie, et poursuit sans relâche sa lutte contre l'Alliance rebelle. Basés sur la planète glacée de Hoth, les rebelles essuient un assaut des troupes impériales. Parvenus à s'échapper, la princesse Leia, Han Solo, Chewbacca et C-3P0 se dirigent vers Bespin, la cité des nuages gouvernée par Lando Calrissian, ancien compagnon de Han. Suivant les instructions d'Obi-Wan Kenobi, Luke Skywalker se rend quant à lui vers le système de Dagobah, planète marécageuse où il doit recevoir l'enseignement du dernier maître Jedi, Yoda. Apprenant l'arrestation de ses compagnons par les stormtroopers de Dark Vador après la trahison de Lando, Luke décide d'interrompre son entraînement pour porter secours à ses amis et affronter le sombre seigneur Sith.. 


Tandis que Luke se fait attaquer par une sorte de grizzli, il va avoir une hallucination: il doit se rendre à Dagobah pour se former auprès de Maître Yoda; voyage qu'il va entreprendre avec R2-D2. Une bataille sur la planète gelée avec des quadripodes de l'Empire.


Maîtriser la force face à la stratégie de guerre entre l'Empire et les Rebelles: des prisonniers, des combats au sabre laser et aux bombes intergalactiques, des discussions dans des langues propres à chaque personnages, des répliques en énigmes et tournées à l'envers (la force en toi tu as)...


Leia et Han Solo se tolèrent beaucoup mieux. C-3P0 et R2-D2 font penser à un vieux couple: ça argumente régulièrement. Il faut palier aux pannes techniques: heureusement que R2-D2, C-3P0 et Chebacca sont là comme techniciens. Luke va apprendre que Dark Vador est son père, ce dernier ayant rejoint le côté obscur de la force.

Ma note: 5/5 une révélation familiale de taille pour Luke, un couple se forme, les caractères et langues des personnages se maintient. On en viendrait presque à comprendre le vocabulaire des uns et des autres. Rencontre avec Maître Yoda et sa philosophie.


"Star Wars épisode IV un nouvel espoir" de George Lucas

Casting: Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher, Alec Guinness, Anthony Daniels, Kenny Baker, Peter Mayhew, Peter Cushing

Il y a bien longtemps, dans une galaxie très lointaine... La guerre civile fait rage entre l'Empire galactique et l'Alliance rebelle. Capturée par les troupes de choc de l'Empereur menées par le sombre et impitoyable Dark Vador, la princesse Leia Organa dissimule les plans de l'Etoile Noire, une station spatiale invulnérable, à son droïde R2-D2 avec pour mission de les remettre au Jedi Obi-Wan Kenobi. Accompagné de son fidèle compagnon, le droïde de protocole C-3PO, R2-D2 s'échoue sur la planète Tatooine et termine sa quête chez le jeune Luke Skywalker. Rêvant de devenir pilote mais confiné aux travaux de la ferme, ce dernier se lance à la recherche de ce mystérieux Obi-Wan Kenobi, devenu ermite au coeur des montagnes désertiques de Tatooine... 



R2-D2 devient le gardien du secret des plans de l'Etoile Noire. Han Solo est sur la brèche pour une dette, vis-à-vis d'une grosse limace; il s'avère que Han Solo est un pilote hors pairs. Leia tente tant bien que mal de composer avec le tempérament de Han Solo. Luke aimerait intégrer l'Académie mais son Oncle s'y oppose. L'oncle et la tante vont mourir, Luke va alors partir avec un Jedi qui était ami avec le père de Luke.


Il s'avère que Leia n'est pas vraiment le genre potiche, même si elle envoie moins dans les bastons que ses homologues masculins. Différentes langues sont parlées: R2-D2, les humains, Chewbacca... Heureusement, des binômes existent pour permettre de comprendre ce qui se dit: C-3P0 avec R2-D2, Han Solo avec Jawa... Le spectateur a de quoi suivre.


Une histoire sur une étendue plus que vaste: des planètes plus que variées mais aussi des moyens de transports au design différents bien que similaires dans le fonctionnement. En effet, le spectateur est projeté tantôt dans un désert qui ressemblerait au Sahara, tantôt une ville qui ferait penser à New York, pour passer dans des vaisseaux ou encore des voitures sans roues.


Ma note: 5/5 les effets spéciaux ont l'air de sortir tout droit de l'âge de pierre ce qui n'enlève en rien à la plongée dans la géopolitique intergalactique ainsi que des relations amicales, familiales. Leçon de pilotage et de conduite, cours de langues étrangères, des personnages hauts en couleurs: la mayonnaise prend !


vendredi 1 janvier 2016

Vampire Knight 19 de Matsuri Hino

Yûki, qui s'est juré de donner sa vie pour transformer Kaname en humain, vole à Zero les souvenirs qu'il a d'elle avant de disparaître. De son côté, Kaname a décidé de jeter son coeur dans la forge pour devenir le nouveau métal originel ! Mais les sang pur feront tout pour l'en empêcher. Yûki, Zero, Kaname... Quel sera le sort de ces trois âmes au destin tourmenté?


Le trio de départ Yûki / Zero / Kaname connaît son point final, et pas qu'à moitié: déterminée à anéantir des souvenirs, partir, s'accomplir en tant que métal originel pour s'engager pour l'éternité auprès des humains. Le bloody rose va également en prendre pour son grade. Certaines quêtes vont aboutir, et déboucher dans une certaine plénitude: rien n'est vraiment vain.

Matsuri Hino clotûre très bien cette saga avec ce 19ème opus. Beaucoup de personnages réussissent, même si ce n'est pas forcément dans la voie voulue: il y a une place pour chacun, et chacun a sa place.