Sorties

Edito Octobre 2017

Octobre marque vraiment le passage la rupture: l'été s'éloigne, les journées avec la brume, les températures fraîches et les soirées au coin du feu. L'occasion de lire et d'aller au cinéma !

vendredi 29 avril 2016

"Le cercle" de Bernard Minier

Un coup de fil surgi du passé, un e-mail énigmatique, qui signe peut-être le retour du plus retors des serial-killers, précipitent le commandant Martin Servaz dans une enquête dangereuse, la plus personnelle de sa vie. Un professeur de civilisation antique assassiné, un éleveur de chiens dévoré par ses animaux... Pourquoi la mort s'acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest, et son cercle d'étudiants réunissant l'élite del a région? Confronté à un univers terrifiant de perversité, Servaz va rouvrir d'anciennes et terribles blessures et faire l'apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.


Des références au premier roman "Glacé": tout laisse penser que le serial-killer de cette histoire, deux ou trois ans plus tôt, est le psychopathe évadé d'un institut de très haute sécurité, lieu spécialisé dans les cas inadaptés aux instituts standards. Vraiment? Sauf que l'enquête va remonter à un accident de bus ayant eu lieu quelques années avant cela. Le rapport? Le professeur assassiné a survécu à cet évènement. Mais c'est aussi un politicien qui pourrait être mêlé à tout ça. Alors, quel est le vrai du faux?

Bernard Minier apporte ici un roman de 560 pages qui sème le trouble: il y a plusieurs pistes, prises avec sérieux, qui viennent se contredire les unes avec les autres tout en venant se compléter. Sachant que la fille d'un des enquêteurs intègrent l'école de Marsac, et va alors côtoyer cette ambiance de suspicions: elle est "la fille de" qui va être une taupe. Les personnages vont évoluer sur terre mais aussi sous l'eau avec les blocs de plongée pour enquêter à fond: le bus scolaire qui est tombé de la falaise, un élevage de chien qui n'est pas très légal, le CROUS, les bars...

Ma note: 4.75/5 il faut certes avoir lu "Glacé" pour comprendre les peurs et les suspicions. Une enquête qui est très complète, il manquerait plus qu'évoluer dans les airs ! Une méfiance à avoir envers les groupes d'étudiants mais aussi ailleurs: rien n'est à négliger.

dimanche 24 avril 2016

"Le livre de la jungle" de Jon Favreau

Casting français: Lambert Wilson, Eddy Mitchell, Leïla Bekhti, Cécile de France
Neel Sethi dans le rôle de Mowgli

A partie de 6ans

Les aventures de Mowgli, un petit homme élevé dans la jungle par une famille de loups. Mais Mowgli n’est plus le bienvenu dans la jungle depuis que le redoutable tigre Shere Khan, qui porte les cicatrices des hommes, promet d’éliminer celui qu’il considère comme une menace. Poussé à abandonner le seul foyer qu’il ait jamais connu, Mowgli se lance dans un voyage captivant, à la découverte de soi, guidé par son mentor la panthère Bagheera et l’ours Baloo. Sur le chemin, Mowgli rencontre des créatures comme Kaa, un pyton à la voix séduisante et au regard hypnotique et le Roi Louie, qui tente de contraindre Mowgli à lui révéler le secret de la fleur rouge et insaisissable : le feu.

Tiré du film d'animation Disney et du livre, il y a forcément un certain niveau d'attente: comment garder des décors naturels avec des animaux plus vrais que nature? Et l'esprit des chansons? "Il en faut peu pour être heureux", "Être un homme comme vous"... La panthère Bagheera, le serpent Kaa, l'ours Baloo, le singe Roi Louie, le tigre Shere Khan...


Le challenge est réussi ! Mowgli est dans le clan des loups, le tigre Shere Khan vient menacer le petit d'homme, qui finit par fuir. Sur sa route il va être accompagné par la panthère, rencontrera l'ours avec qui il fera du ramassage de miel, croisera la route d'éléphants, pour finalement faire face à Shere Khan.


Le pari est réussi ! Le spectateur se prend au film, et se surprendrait à fredonner les airs des chansons. Ces dernières gardent les mélodies et l'esprit des paroles, tout en étant transposées à une nouvelle sauce. La voix et le groove d'Eddy Mitchell collent parfaitement au Roi Louie ! Les animaux, ceux qui gravitent autours des éléments centraux, sont très attachants et très bien finis: ils n'ont pas été négligés, au vu du challenge des personnages centraux.


Ma note: 5/5 une véritable plongée dans cette adaptation. Serpent hypnotique, Mowgli borné quant à aller chez les humains, l'ours nonchalant, le tigre revanchard... L'esprit est là, tout y est ! Les décors sont superbes, dignes des paysages des temples en Asie et de la forêt amazonienne.


A voir: si vous êtes inconditionnels du Livre de la Jungle au point de fredonner volontiers les chansons, pour accompagner votre enfant, que vous soyez un grand enfant

A zapper: si vous avez déjà votre dose avec le Disney, que vous considérez que ça fait une énième adaptation dans cette frénésie (Blanche Neige et le chasseur version Ruper Sanders, Alice au pays des Merveilles à la sauce Tim Burton...)


"Batman v Superman: l'aube de la justice" de Zack Snyder

Casting: Ben Affleck, Henry Cavill, Jesse Eisenberg, Gal Gabot, Amy Adams, Diane Lane, Laurence Fishburne, Jeremy Irons

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
 
Craignant que Superman n'abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l'affronter : le monde a-t-il davantage besoin d'un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d'un justicier à la force redoutable mais d'origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l'horizon…


Des funérailles, deux cercueils, un enfant qui s'enfuit dans la forêt et qui tombe dans un trou. Des chauve-souris vont le soulever pour l'aider à sortir, sauf que ce coup là est un rêve... Chicago dans un état de guerre, avec Superman pour sauver la situation ! Des années plus tard, Bruce Wayne est plutôt très musclé. Clark Kent tente de sauver les apparences en bossant pour un journal et essaye de gérer sa vie de couple avec Loïs.


Superman / Clark Kent se retrouve montré du doigt comme étant un méchant, qui doit être amené devant la justice. Batman lui doit gérer une quête d'informations sur Lex Luthor, il va finir par croiser la route d'une nana génétiquement modifié, tout comme l'est Superman: WonderWoman. Les informations sensibles? De la cryptonite, pour créer une arme de dissuasion.


Un gros méchant va se pointer, des ruines d'un navire spatial. Ce méchant prend son énergie de son environnement: chaque balle, chaque décharge électrique le bonifie. Création de Lex Luthor, qui est à la tête de LuthorCorp ndlr: il a récupéré, de façon plus ou moins légale (surtout moins légale car bloqué par une sénatrice), la plus grosse pépite de cryptonite dans l'Océan Indien.


Pour résumer. Superman est montré comme le méchant faisant justice lui même. Batman / Kent déniche une tentative de création d'arme dangereuse par Lex Luthor, et s'inquiète des tournures vis à vis de Superman. WonderWoman décide de prendre les choses en main quand le monstre commence à faire des siennes. Les reporters couvrent l'évènement: il y a une surtension électrique à Ghotam à cause du vaisseau spatial échoué dans la ville.


L'idée de fond? Il ne peut y avoir qu'un seul super héros à Gotham City, et c'est Batman qui est associé à cette ville. Lex Luthor va faire s'opposer les deux figures pour qu'il n'en reste qu'un. En jouant sur quoi? Le prénom de la figure maternelle: la mère de Batman / Bruce Wayne s'appelait Martha (décédée alors que Bruce était enfant), et la mère de Clark Kent / Superman s'appelle Martha.


Superman ne porte pas son slip rouge par dessus sa tenue, ce qui lui donne plus de contenance. Pas mal de testostérone: les entraînements à coup de pneus, les mâles torses nus. Et les clichés larmoyants: la nana (Loïs) éperdument amoureuse du mec (Superman), qui ne veut pas le laisser partir parce qu'elle sait qu'il va mourir, lui qui fait ses adieux en mode "je t'aime tu es mon monde mais je dois arrêter le méchant".


Une musique signée Hans Zimmer, et il y a du niveau ! Par contre niveau trame... Comment dire... La voiture de Batman qui enfonce les murs en briques sans un quelconque enfoncement? Lex Luthor passe pour un déséquilibré mental qui aurait besoin d'un séjour plutôt que le magnat industriel qui manigance un plan démoniaque avec de la cryptonique. Superman et la bestiole géante se font un combat aux yeux lasers, qui finissent par former une ligne: non sans rappeler Harry Potter et les Reliques de la mort partie 2, lorsque les baguettes de Voldemort et d'Harry se relient.


Ma note: 2/5 une super musique, merci Hans Zimmer ! Un casting certes à la hauteur des personnages: chaque acteur fait ressortir les forces et les failles de chaque personnage. Oui Superman s'envole et a des yeux lasers. Oui c'est le combat de l'humain Batman contre l'extraterrestre Superman, chacun ayant des blessures et les vivant à sa façon. Mais honnêtement, la trame est très faiblarde. Batman et Superman s'opposent à cause de la mégalomanie de Lex Luthor, mais finalement les deux héros s'allient parce qu'il y a le prénom de leurs mères...


A voir: pour les inconditionnels de l'un et/ou de l'autre et donc pour les voir enfin réunis à l'écran dans un même film, pour la musique made in Hans Zimmer

A zapper: si vous partez du principe que c'est chacun son combat, qu vous vous demandez quelle sera la prochaine étape (Superman vs Hulk? Batman vs Hulk?)


James Bond 007 l'exposition

James Bond, une figure mythique de la culture Britannique. Retrouvez-le à la Grande Halle de la Villette, du 16 Avril 2016 au 4 Septembre 2016. Accès par le métro Porte de Pantin, avec le tapis rouge pour accéder à la salle. L'entrée coûte 21.99€ par adulte, avec des tarifs enfants et familles.


Ian Flemming, le papa de James Bond, a son hommage dans cette exposition. Il s'agit d'éditions cartonnées, dont les dessins de couvertures sont franchement magnifiques ! Un mélange de comics avec le côté roman. Des touches de couleur avec des traces de noir et blanc.


Le gros de l'exposition tourne autours des franchises cinématographiques. Nous retrouvons ainsi différentes salles avec leurs thèmes propres: Casino, ambiance neige (l'hôtel de glace de Meurs Un Autre Jour ou encore la course poursuite à skis dans Le Monde Ne Suffit Pas), le bureau...


Le visiteur retrouve des objets cultes des films: le plâtre de Q, la statuette Royal Doulthon de M, les mallettes, les machines à écrire. C'est aussi les scripts, surtout celui de Dr No, des planches de croquis, les costumes, des extraits de films propres à chaque salle et des interviews des équipes techniques ainsi que les images des avant-premières des films.

Comptez environ 2 heures pour la visite. Les photos sont autorisées, mais sans flash. L'ambiance de l'exposition plonge le visiteur dans une atmosphère digne d'un film de la franchise ! Feutrée, lumière tamisée, objets et documents originaux: vous allez vous régalez, même sans avoir vu tous les films.


Comme toute exposition, il y a la boutique pour terminer la visite ! Des posters, des cartes postales, des porte-clefs voiture, un jeu casino, des mugs, des T-shirt et sweats... J'aurais apprécié plus de goodies: porte-clef 007, magnets, pin's.


Prévoir entre 15€ et 25€ l'entrée par personne. Retrouvez plus d'informations pratiques sur le site de l'exposition: http://www.jamesbond007-exposition-paris.fr/

Hans Zimmer Live in Paris, le samedi 24 Avril 2016

Comment présenter Hans Zimmer? Sherlock Holmes, Inception, Le Roi Lion, Rainman, Gladiator, Pirates des Caraïbes, SpiderMan, Batman Begins, Da Vinci Code  Interstellar... Autant dire: du lourd. La salle? Le palais des Congrès, Porte Maillot: 3723 places. Les dates? Samedi 24 et Dimanche 25 Avril. Sachant que les deux dates sont complètes. Donc 7440 places vendues, 7440 spectateurs pour ce concert.


Tout au long du spectacle, de 2h15 tout de même, Hans Zimmer a raconté quelques anecdotes sur la création de la musique: telle rencontre, telle ambiance de travail, le lieu de création... Le programme écrit retrace: les paroles des musiciens (dont par exemple une femme ayant été de la troupe du Cirque du Soleil) et de proches, la méthode de Hans Zimmer, une préface de lui-même...


La première partie est assez classique: entrée petit à petit des membres de l'orchestre et de Monsieur Hans Zimmer, quelques effets de lumières. La seconde partie, après un très court entracte de 15 minutes environ, l'ambiance monte d'un cran: effets sur un écran, en plus d'effets de lumière proches d'un spectacle pyrotechnique. Sans oublier en guest star: les voix originales du Roi Lion !

vendredi 22 avril 2016

'The big monty, le grand jeu" de Peter Cattaneo

Casting: Robert Carlyle, Mark Addy, Tom Wilkinson, William Snape, Paul Barber, Hugo Speer, Lesley Sharp, Emily Woof

Aujourd'hui, Sheffield, qui fut l'orgueil du Yorkshire et le joyau de l'Angleterre, est une ville sinistrée. Le chômage y règne en maître et les hommes désœuvrés errent dans les rues en quête d'illusoires petits boulots. La venue de la troupe des Chippendales, qui, lors de leur spectacle, provoqua un véritable délire chez les spectatrices, va donner des idées a Gaz et ses copains. Si les femmes de Sheffield craquent pour des éphèbes anabolisés, que penseront-elles de vrais hommes, prêts à aller jusqu'au bout en s'exhibant entièrement nus ?


Petit flashback sur les heures de gloire de Sheffield: les gens qui vont clubber, l’expansion industrielle. Vingt années plus tard, tout s'est écroulé: voici le Job Club ! Il y en a qui tentent vraiment de s'en sortir en cherchant du travail et en mentant à Madame pour prétendre pouvoir continuer le train de vie habituel (alors que ça fait 6 mois, au bas mot, qu'il est licencié). L'un tente de gérer la garde de son fils... Bref, chacun a ses considérations, en dehors du chômage.


Sauf qu'une affiche pour Ladie's Night va faire germer une idée: et si eux aussi auraient leur moment sur scène? Devant des femmes en furies, déchaînées? Sauf que le groupe n'a pas vraiment le look de l'emploi: le quinqua sur le retour, le bedonnant, le rouquin maigrichon... Pas vraiment le mâle aux abdos de rêves avec le corps enduit d'huile.


N'est pas chippendales qui veut et pourtant ils vont s'en donner à coeur joie, quitte à provoquer quelques désagréments: comme par exemple finir au commissariat pour atteinte à la pudeur à cause d'un mineur présent lors d'une répétition. Sans oublier les aléas de la vie privée: Madame va découvrir que Monsieur est au chômage, Madame fait face à la baisse de libido de Monsieur et au string de scène caché sous le lit...


Problème de rythme, répétition devant un public réduit à 4 ou 5 femmes dans une usine désaffectée, crises de vie privée: ce film ne manque pas de piquant ! Chacun tente de tirer son épingle du jeu, bien que le décors ne colle pas vraiment avec des chippendales: coin qui s'apparente plus à la bourgade que la grande ville, des vêtements plutôt seconde zone...


Ma note: 4.75/5 des musiques plus que connues, sur fond de crises de l'emploi et personnelles: un groupe essaye de tirer son épingle du jeu et réussit le challenge ! Le film joue sur les clichés, sans pour autant être trop lourd (un peu quand même parfois).




A voir: pour les Chippendales à contre-emploi en version Made In England

A zapper: si vous préférez fantasmer sur les Chippendales musclés et huilés


dimanche 17 avril 2016

"La fille de Brooklyn" de Guillaume Musso

Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé: "Si j'avais commis le pire, m'aimerais-tu malgré tout?". Vous auriez répondu quoi vous? Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire. Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile et m'a tendu une photo. "C'est moi qui ai fait ça". Abasourdi, je me suis levé et je suis pari sans un mot. Lorsque je suis revenu, il était trop tard: Anna avait disparu. Et depuis, je la cherche.


Croit-on vraiment la personne avec qui l'on est? Faut-il vraiment connaître tout de la personne avec qui l'on partage sa vie? Deux questions que Raphaël a dû se poser mais qu'il regrette: il a trop insisté, au lieu de laisser venir les choses en temps voulu. Anna avait l'intention de lui révéler son lourd secret, mais pas de cette façon... Michaël va se mordre les doigts d'être parti aussi brutalement, et à son retour il est trop tard: Anna a disparu... Une plongée dans le passé très lourd: Michaël va s'en rendre compte au fur et à mesure des pièces récoltées... Anna ne s'appelle pas Anna, et elle a été la victime d'un psychopathe qui séquestrait ses victimes et abusait d'elles: Anna est la seule rescapée...

L'enquête va se mener à Paris et à New York, dans le quartier de Brooklyn: la femme ayant 2 prénoms connus, elle deviendra "la fille de Brooklyn" car son histoire s'écrit principalement dans ce quartier, quelques moments volés à Paris. Les descriptions, bien qu'avec quelques libertés prises, restent très proche de la réalité ce qui permet une plongée réelle dans l'histoire.

Ma note 5/5 Le roman de Guillaume Musso le plus abouti ! Il sort du confort des histoires à New York, Manhattan ou ce secteur. Il jongle entre Paris et New York: des horizons d'enquêtes beaucoup plus large, beaucoup plus d'ambitions, des perspectives élargies.

vendredi 15 avril 2016

"Derniers adieux" de Lisa Gardner

Est-ce parce qu'elle attend un enfant que Kimberly Quincy, agent du FBI, se sent particulièrement concernée par le récit incroyable et terrifiant d'une prostituée enceinte? Depuis quelque temps, elles sont plusieurs à avoir disparu d'Atlanta sans explication, comme évaporées, et Kimberly est bien la seule à s'en préoccuper. Un serial killer s'attaquerait-il à ces filles vulnérables? Aurait-il trouvé la clé du meurtre parfait ou s'agit-il de crimes imaginaires? Sans le savoir, la jeune femme s'enfonce dans le piège tendu par un psychopathe. Comme pour sa mère et sa soeur, victimes autrefois d'un tueur en série, le temps des derniers adieux est peut-être arrivé pour Kimberly...


Des extraits d'encyclopédies et d'études concernent les araignées, et cela sert d'en-tête à de nombreux chapitres. Quel est donc le rapport entre les araignées et les disparitions? Le psychopathe est un passionné des arachnides. Et il s'en servira pour faire disparaître les corps de ses victimes. Comment? Toujours est-il qu'une fille va parler: il adore les plans avec les araignées... Il en met sur les filles, ou il laisse une araignée regarder l'acte... Mais le délire ira beaucoup plus loin. Dans quelle mesure? Pour faire disparaitre les corps. Le tout sur fond de Burgerman, cet homme qui vient prendre les enfants qui ne sont pas sages.

Lisa Gardner livre dans les dernières pages la solution: le lien entre les araignées et le psychopathe Mr Denichara (anagramme de arachnide). Le fin mot aussi sur le Burgerman. Tantôt des chapitres sur l'enquête, tantôt des chapitres des captifs / captives, tantôt des chapitres écrits en italique comme s'il s'agissait d'un journal intime. Le tout s'équilibre, et permet au lecteur de comprendre les tenants et les aboutissants de chaque personnage engagé dans une des trames.

Lisa Gardner apporte une enquête policière en donnant le contre-emploi avec l'approche des vistimes et du psychopathe. C'est aussi les policiers, dont Kimberley qui attend un bébé: fille ou garçon, jusqu'où aller pour son boulot en étant enceinte...

vendredi 8 avril 2016

"Avant d'aller dormir" de Rowan Joffe

Casting: Nicole Kidman, Colin Firth, Mark Strong, Anne-Marie Duff

Suite à un accident quatorze ans plus tôt, Christine est affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille sans se souvenir de rien, ni même de son identité. Son dernier espoir réside dans son médecin, Ed Nasch, qui lui conseille de tenir un journal vidéo. Elle pourra ainsi enregistrer les informations qu’elle traque et se souvenir peu à peu de son passé, reconstituant progressivement le fil de son existence. Mais très vite, ses rares certitudes vont voler en éclat. 


Des ombres floues, des yeux qui s'ouvrent brutalement. Christine se réveille, dans un lit inconnu, dans les bras d'un inconnu. Ce dernier lui annonce être Ben, son mari, qu'ils sont ensemble depuis de nombreuses années. Il part bosser, elle reçoit un appel du Dr Nasch et trouve un journal intime sous forme de vidéo.


Elle va passer une IRM, se souvenir d'avoir été enceinte. Ben va lui dire qu'Adam est mort d'une méningite vers l'âge de 8 ans. Christine va retourner sur le parking où un chauffeur l'a retrouvée, couverte de sang, nue, et amnésique. Les rêves vont de plus en plus révéler des souvenirs, ainsi que des flashbacks pendant la journée. Une agression physique dans un hôtel, Ben voulant la forcer à avoir un rapport intime... Christine arrache les photos du mur de la salle de bain... Le prénom Mike va surgir d'un gribouillis d'Adam...


Qui croire, que croire? Les images qui refont surface, le médecin, Ben? Des décalages entre les vidéos et ce qui semble revenir confortent Christine dans une direction: elle ne peut pas vraiment faire confiance en ce qui l'entoure, même si certes elle a peu confiance en elle-même étant gravement amnésique. Mais les vidéos qu'elle enregistre ne peuvent être truquées... La confrontation finale? Dans la chambre où Christine a annoncé vouloir en finir avec cette relation extra conjugale, elle va aussi apprendre qu'Adam est encore en vie: ce qui va lui donner envie de se battre.


Tiré du roman de Steve Watson, il y a forcément des divergences: le journal (écrit pour le roman et vidéo pour le film), la mort du fils (annoncé mort au champs de bataille dans le roman et une méningite pour le film), la rencontre avec Claire (il y a le fils hyperactif dans le roman mais pas dans le film)... Mais cette adaptation tient très bien la route. L'hématome, la dernière vidéo enregistrée, Claire qui annonce que le Ben n'est pas le vrai Ben: le puzzle se révèle ! Mais que va se souvenir Christine, réellement, sans les dernières images?


Ma note: 4.5/5 des libertés d'adaptation bien sûr, mais l'intrigue est toute aussi passionnante ! Bas les masques: Ben est en fait Mike, l'origine de l'amnésie de Christine, pourquoi Mike a agressé Christine dans cette chambre d'hôtel... La scène finale rappelle un flashback de Christine sauf que la fin est un peu plus joyeuse (enfin, tout dépend de quel point de vue on se place: celui de Christine survivante ou de Mike en prison?)


A voir: si vous voulez voir Colin Firth dans le rôle d'un salaud, si vous avez adoré le roman

A zapper: si le coup du pseudo mari psychopathe qui a monté le coup ça ne vous botte pas trop, si vous trouvez les adaptations de romans pas terrible


"Bons baisers du tueur" de James Patterson

Ils parcourent l'Europe... Paris, Madrid, Berlin... Autant de villes magnifiques à visiter. Pour la plupart des gens, s'entend. Pas pour Jacob Kanon. Inspecteur au NYPD, il traque les meurtriers de sa fille, exécutée à Rome avec son boyfriend...
Sèment les cadavres... D'autres couples de touristes ont subi le même sort à travers l'Europe. Avant chaque meurtre, une carte postale annonçant le crime est envoyée à un journaliste, qui reçoit ensuite un Polaroid des corps baignant dans leur sang.
Et narguent les autorités ! A Stockholm, Kanon fait la connaissance de Dessie Larsson, qui vient justement de recevoir une carte postale. Grâce à elle, Kanon participe à l'enquête, bien décidé à stopper les messagers de la mort...


Un père brisé. Une journaliste lambda, séparée depuis environ 2 ans de sa copine. Des cartes postales. Des meurtres barbares. La police qui piétine. Ces axes vont se croiser pour tenter de mettre fin à ce binôme de tueurs, à la Bonnie et Clyde. Les éléments vont s'emboîter et révéler, petit à petit, un lien particulier entre les tueurs : ils sont frères jumeaux, qui ont suivi un cursus d'Art. Quel est le rapport entre l'Art et les meurtres sanglants? La référence à certains tableaux. Un couple est finalement arrêté, mais ils ont des alibis pour certaines dates. Mais alors qui est derrière tout ça? La cadence des meurtres semblent mettre sur la touche toute tentative de résolution. Mais une confrontation aura bien lieu. Quel en sera l'issue? Les policiers vont-ils gagner ou bien le binôme tueur va-t-il continuer son bonhomme de chemin?

Le coup des cartes postales est très bien pensé. Le couple de tueurs envoie toujours une carte le jour du meurtre, carte reçue le lendemain par une journaliste. Le temps que la carte arrive, le couple a très bien pu partir dans une autre ville... Quel est donc le point commun entre toutes les villes visitées? La question qui se pose aussi: pourquoi cette journaliste en particulier? Un motif qui peut paraître un peu léger, mais qui permet à celle-ci de se retrouver sous le feu des projecteurs: le père d'une des victimes va la contacter et la suivre sur l'enquête.

Les chapitres sont très courts: maximum quatre pages. Les rencontres entre les tueurs et les victimes se font très rapidement: ils sont très charmeurs, ils se lient facilement et donc se font très aisément invité dans les chambres des touristes. Pendant ce temps, il y a une journaliste dont la vie est plutôt plate et le père qui est plutôt avide de vengeance. Tout ces mondes se complètent. Le lecteur se prend dans la spirale des uns et des autres.

vendredi 1 avril 2016

Breaking Bad, saison 6

Casting: Bryan Cranston, Anna Gunn, Aaron Paul, Dean Norris, Betsy Brandt, RJ Mitte, Bob Odenkirk, Laura Fraser

Alors qu'ils tente d'éviter les écueils de leur passage dans le monde des stupéfiants, la poursuite obsessionnelle du mystérieux Heisenberg par l'agent Hank Shrader semble pouvoir porter fruit. Hank aura son face à face avec le dealer le plus recherché. La famille White se désintègre.


Étant donné que l'on parle de la saison finale, les 8 épisodes ont intérêts à apporter quelque chose d'exceptionnel. Après tout, Hank et Walt jouent au jeu du chat et de la souris depuis 5 saison déjà. Nous avions quitté Walt, au dernier épisode de la cinquième saison, comme annonçant que tout est fini, qu'il est libre. Ce qui, hypothétiquement parlant, pourrait poser problème: Skyler s'est engagé à couvrir les soins de Hank... Mais en fait il semblerait que Hank n'ait plus besoin de soins dans cette nouvelle saison: il arrive à marcher sans déambulateur sans canne, il arrive même à conduire !


Hank va très vite comprendre que Hank est derrière le trafic de meth grâce à un livre sur les herbes, dont la dédicace de la première page rappelle une discussion eue quelques temps plus tôt: WW, Willy Wonka... Ce qui va valoir à Hank et sa femme une belle sortie de route: cette découverte a mis Hank dans un état tel qu'il était enragé, avec la vue littéralement brouillée. Hank met Marie au courant, qui ira voir Skyler pour avoir le cœur net sur cette histoire.


Sauf que pour coincer Hank, il faudra un peu plus que le simple témoignage de Jesse. Même Skyler ne sera pas plus enthousiaste que ça pour témoigner... D'autant plus que ce dernier affirme que Hank ne cuisine plus, il est hors circuit de dealer. Hank, qui se fait approcher par une filiale étrangère, pour former un des gars: réussir aussi bien la méth bleue.


La petite commence à marcher à quatre pattes. Walter Junior entrevoit la Fac (plus qu'un an). Certaines vies semblent pleines d'opportunités. D'autres tournent autour du même pot: Hank veut coffrer Walter, Jesse essaye de tirer son épingle du jeu en se montrant de mèche avec la brigade des stups, et Walter qui semblent vraiment vouloir arrêter le deal veut absolument échapper aux stups. Saul Goodman se retrouve au milieu de tout ça et ne sait vraiment plus quoi faire, d'autant plus que même son garde du corps profilé videur de boîte de nuit est porté disparu de la circulation.


Une sixième saison réussie: Hank met à jour Heinseberg, Jesse est fidèle à lui même en allant là où il a le meilleur intérêt. Sauf Saul Goodman qui semble complètement décalé par rapport aux trames et Skyler qui fait bonne figure tant bien que mal en gérant la laverie pour voitures. Mais Hank réussira-t-il à coffrer Heisenberg? Qu'advientra-t-il de Skyler et Walter Jr?


Flashback aux débuts de la collaboration entre Jesse et Walt, une fusillade limite western dans le désert où il sera question d'un débat entre éliminer ou pas Hank (80 millions de dollars pour la vie de Hank ou seulement récupérer les 80 millions mais tuer Hank). Hank a appelé Marie en fanfaronnant: Walt a été arrêté, il va rentrer tard... Sauf qu'il se fait descendre.


Marie ignore encore que Hank est mort, elle reste persuadée qu'il est en route au commissariat avec Hank: elle annonce à Skyler que c'est fini pour Walt, qu'elle doit tout avouer à Walter Jr concernant les activités de son père... Juste après ces révélations, Skyler rentre à la maison avec les enfants et découvre que Walt n'est pas du tout au commissariat...Après un corps à corps au couteau et des blessures, Walt se fait la malle avec bébé Molly. Mettant en traque la police suite à une alerte enlèvement... Hank appelle à la maison, elle met le téléphone sur écoute pour que la police suive tout de la conversation et trace l'appel: c'est à ce moment là que Marie apprend que Hank est mort...


Voilà comment Breaking Bad met fin, avec cette sixième série: des désintégrations familiales, tant du côté de Hank que de Walt. Des personnalités se révèlent, des visions changent. On est loin du trafic, de la cuisine: ici, il est question des individus.
Hank a fait de ce cas une vendetta mais ne profitera pas de son vivant de cette capture, Marie va tenter de faire pression sur Skyler (l'aider mais sous certaines conditions bien que Skyler ait toujours sû pour le trafic de méth) avant de retourner sa veste en apprenant la mort de Hank et la fuite avec enlèvement de Walt, Walter Jr est forcé de voir son père sous un autre jour après l'agression au couteau et la fuite.