Sorties

Edito Décembre 2017

Dernier mois de l'année ! Et les cadeaux de Noël qui approchent à grands pas: avez-vous trouvé le roman ou le film à mettre sous le sapin? Rendez-vous en PAL et PAV 2017 pour un flashback de l'année écoulée, et prendre des idées. Les résolutions pointent le bout du museau: continuons à lire et aller au cinéma, qu'en pensez-vous?

jeudi 30 mars 2017

"La chimiste" de Stephenie Meyer

Elle était l'un des secrets les mieux gardés - et des plus obscurs - d'une agence américaine qui ne portait même pas de nom. Son expertise était exceptionnelle et unique. Et puis, du jour au lendemain, il faut l'éliminer au plus vite... Après quelques années de clandestinité, son ancien responsable lui propose d'effacer la cible dessinée sur son dos. Dernière mission... Ou dernière trahison? Alors que sa vie ne tient plus qu'à un fil, un homme que tout devrait éloigner d'elle va bouleverser ses certitudes. Comment survivre à une traque impitoyable quand on n'est plus seule?


Stephenie Meyer a été propulsée sur le devant de la scène littéraire grâce à la trilogie "Twilight", complétée par "L'appel du sang, la nouvelle vie de Bree Tanner". Elle a publié ensuite "Les âmes vagabondes", toujours dans un registre de science fiction mais sans les vampires. Ici, le titre annonce une plongée dans le corps médical: un tournant !

Julianna était au top dans sa discipline, jusqu'à ce que son employeur tente de l'éliminer... En cavale depuis ce moment, l'agence semble vouloir faire machine arrière: elle seule peut désamorcer la propagation d'un virus qui ferait des milliers de mort. Son contact, la seule personne en qui elle pourrait avoir confiance, fournit même le visage qui peut permettre de faire tomber le réseau... Sur la route: des jumeaux, un élevage de chiens, des pièges chimiques et des changements de visages.

On retrouve le côté prude de la communauté mormone: Juliana tombe amoureuse mais le couple se contente de bisous prudes, de s'enlacer. Juliana ira même jusqu'à tenter d'évincer Monsieur en trouvant des excuses liées à sa cavale. Jamais l'amour en dehors du mariage !

Ma note: 4.75/5 un excellent changement de style de sujet. Les tenants et aboutissants d'une cavale s'imbriquent bien. J'aurais apprécié un peu plus de chimie: quels types d'éléments associés pour les gaz agressifs, connaître un peu plus le matériel utilisé et lever les contacts pour obtenir des faux papiers.

dimanche 26 mars 2017

"Lontano" de Jean-Christophe Grangé

Le père est le premier flic de France. Le fils aîné bosse à la Crime. Le cadet règne sur les marchés financiers. La petite soeur tapine dans les palaces. Chez les Morvan, la haine fait office de ciment familial. Pourtant, quand l'Homme-Clou, le tueur mythique des années 70, ressurgit des limbes africaines, le clan doit se tenir les coudes. Sur fond d'intrigues financières, de trafics miniers, de magie tombé et de barbouzeries sinistres, les Morvan vont affronter un tueur hors norme, qui défie les lois du temps et de l'espace. Ils vont surtout faire face à bien pire: leurs propres démons.


Une famille qui a une énergie de vaincre puissante, chacun à sa façon, chacun avec sa vision de la famille formée. Et une mise à l'épreuve arrive: ce qui s'apparente à un accident de bizutage, apparaît rapidement comme une résurgence d'un cas vu quelques décennies plus tôt. Le tueur est-il de retour, ou s'agit-il d'un copycat? Sont-ils plusieurs à sévir, ou un seul individu? Mais ce n'est pas tout, car des problèmes miniers surgissent et des pressions apparaissent... Un mariage arrangé plane et menace les deux familles... Un héritage qui se fissure...

Jean-Christophe Grangé mêle une trame majeure, qui va entraîner d'autres lignes. Une enquête n'est jamais anodine, il y a des dommages collatéraux et pas toujours parmi les collègues: les policiers ont cru avoir bouclé des meurtres en séries des années plus tôt, évincé le responsable, mais ils ont sous estimé le cas. Et en creusant dans le passé, des démons vont surgir, ceux que certaines personnes voulaient garder caché. Certains éléments semblent faits pour être révélés à un moment ou à un autre.

"Bridget Jones Baby" de Sharon Maguire

Casting: Colin Firth, Patrick Dempsey, Renée Zellweger, Jim Broadbent, Gemma Jones, Emma  Thompson, Shirley Henderson, James Callis

Après avoir rompu avec Mark Darcy, Bridget se retrouve de nouveau célibataire, 40 ans passés, plus concentrée sur sa carrière et ses amis que sur sa vie amoureuse. Pour une fois, tout est sous contrôle ! Jusqu'à ce que Bridget face la rencontre de Jack... Puis retrouve Darcy... Puis découvre qu'elle est enceinte... Mais de qui?


Le film s'ouvre sur une Bridget Jones métamorphosée physiquement: fini les kilos en trop et la cigarette. Par contre dans son cercle de proches, beaucoup son mariés avec enfants... Et Bridget a passé le cap de la quarantaine, célibataire, sans enfant. Un peu beaucoup pomée,  elle participe malgré elle à un week-end camping déjanté avec plan d'une nuit à la clef. Pour, deux semaines plus tard, remettre le couvert avec Mark à l'issue d'un baptême... Ce qui devait arriver, arriva: Bridget est enceinte. Impossible de savoir avec précision à quel moment le bébé a été conçu et donc de savoir qui est le père...


L'annonce de sa grossesse aux deux intéressés va d'abord se faire séparément, mais elle finira par craquer et révéler qu'il y a cinquante pour-cent de chances que ce soit l'un ou l'autre... C'est aussi l'amiosynthèse et la taille de l'aiguille, être au camping boueux en talons et tomber dans la boue... Autant dire du Bridget tout craché malgré l'évènement inattendu: on ne se refait pas ! Elle évolue: le journal intime est numérique, elle s'affirme un peu plus.


Un film qui se regarde, sympathique, en pyjama ou entre amis. Le côté Bridget est toujours présent, mais avec un peu de maturité. Le côté deux papas pour une maman est plutôt bien développé: encaisser la nouvelle, ménager l'un et l'autre avant d'annoncer la couleur avec gêne, tout le monde essaye de s'imposer pour finalement trouver un équilibre. Le spectateur est plongé dans la préparation de la venue de bébé, avec chaque potentiel père biologique en fond: peindre la chambre, les réunions...



Il était temps que Bridget Jones sorte de sa spirale de célibataire fumeuse et portée sur l'alcool. Mais j'ai eu du mal à accrocher totalement à cette transformation. La transition entre le deuxième opus et celui-ci est plutôt en grand écart: le spectateur était resté sur une femme qui balance entre Mark Darcy et Daniel Clever, qui a du mal à assumer ses rondeur, essayant laborieusement d'arrêter la cigarette.


Ma note: 3.5/5 le côté Bridget qui devient enfin mère (malgré elle) et qui s'assagit est pas mal, elle garde son côté gauche et rigolote. L'identité du père est gardée jusqu'à la fin du film: chacune peut y aller de sa théorie en fonction de ses goûts et de ce qui pourrait se révéler parmi les dialogues.



A voir: pour un tournant Bridgetesque, pour son côté maladroite mélangé à de la maturité et affirmation de soi, pour y aller de bon train quant à la théorie du père biologique

A zapper: si le coup de deux papas pour une maman n'est pas un concept révolutionnaire, si le coup de l'indécision paternelle sent la bataille pour gagner les faveurs de la mère ça vous agace d'avance




lundi 13 mars 2017

"Désaxé" de Lars Kepler

Sur une vidéo anonyme adressée à la police criminelle, une femme est en train d'enfiler son collant, probablement filmée à son insu. Le lendemain, elle est retrouvée assassinée à coups de couteau. Lorsqu'elle reçoit une deuxième vidéo, la police panique à l'idée d'avoir un train de retard sur le meurtrier. Tout est mis en œuvre pour identifier la prochai victime. En vain. Puis le même scénario se répète... Et les cadavres se multiplient: un tueur en série voyeuriste balance ses exploits sur internet juste avant de passer à l'acte. Et la police est dans l'impasse.
Un nouveau meurtre survient: cette fois les enquêteurs trouvent sur place un homme en état de choc, il a nettoyé la maison de fond en comble avant d'allonger confortablement le corps mutilé de sa femme dans le lit conjugal, mais ne se souvient plus de rien. Pour forcer les barrages de la mémoire, la police fait appel au Dr Erik Maria Bark. L'hypnotiseur va reprendre du service, pour la première fois depuis très longtemps, loin de se douter que ses découvertes l'entraineront dans une dangereuse spirale mensongère qui pourrait s'averer fatale.


Un auteur que je découvre par recommandation de mon bibliothécaire. Une plongée dans une incompréhension totale, tant par les enquêteurs que les personnes suspectées. Les ficelles sont tirées avec du très haut niveau : la personne responsable des meurtres apparaît au dessus de tous soupçons, toutes les preuves tangibles  convergent vers un homme en particulier et éloignent tout le monde du véritable tueur. Lars Kepler joue avec les nerfs des enquêteurs, de l'innocent et du lecteur.

Une personne faisant une fixation sur une autre peut être dangereuse tant pour l'entourage que pour soi même. Lars Kepler mets le doigt sur le déséquilibre mental, poussé tellement loin que même les personnes saines d'esprit ont l'impression de perdre les pédales. Sans pour autant partir dans des analyses psychologiques dans un jargon incompréhensible : il met à portée de lecteur une situation non seulement réaliste mais aussi abordable, en effet en enlevant le blabla psy le lecteur peut aisément se plonger dans la trame et faire un parallèle avec sa vie.

Le côté médical est aussi présent dans les rapports d'autopsie et de police. Les détails ne manquent pas de piquant mais sans tomber dans un marasme morbide ni des points trop techniques. Le lecteur peut suivre l'enquête, imaginer les corps et décors, s'approprier le contexte.

Ma note: 5/5 une trame très bien menée, la suspens est total jusque les dernières 50 pages. Une accessibilité littéraire sans baratin médical trop poussé (juste la dose qu'il faut). Vous aurez du mal à fermer ce roman avant la fin. Captivant !

mercredi 8 mars 2017

"La fille du train" de Tate Taylor

Casting: Emily Blunt, Rebecca Ferguson, Haley Bennett, Justin Theroux, Luke Evans, Allison Janney, Edgar Ramirez, Lisa Kudrow, Laura Prepon

Interdit aux moins de 12 ans
Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.

Film tiré du roman de Paula Hawkins, Emily Blunt campe Rachel, alcoolique et sans emploi, qui continue de prendre le train pour New York comme si de rien n'était. Elle s'imagine la vie des habitants des maisons qui longent la ligne de train. Jusqu'au jour où Rachel voit Megan avec un autre homme... Tom l'ex mari, et sa femme Anna, est très antipathique envers Rachel et elle aurait toutes les raisons de son côté. Même Cathy, la colocataire d'Anna, décide de virer Anna. Le psy  Kamal se retrouve soupçonné d'avoir tué Megan, le mari Scott aussi.

Qui peut croire une alcoolique chômeuse dont les appels et SMS incessants visent le voisinage de la disparue? Qui peut croire une alcoolique chômeuse qu'elle n'a rien à voir avec la disparition et le meurtre de Megan, alors qu'elle tente une approche avec Scott ? Et qu'elle ne se souvient de rien de la soirée de la disparition?

Le scénario est aussi haletant que le roman et très fidèle à l'oeuvre de Paula Hawkins. La musique soutient la trame, sans en faire de trop dans le mélodrame. Un casting irréprochable. Le dénouement est révélé une fois que le film est bien entamé, proche de la fin. Il y a l'équilibre entre vouloir sauver les apparences, s'en sortir et comprendre ce qui se passe. "La fille du train" pousse le côté machiavélique de la machination humaine: comment faire croire à quelqu'un qu'il est paranoïaque, comment faire perdre les pédales, comment faire en sorte que tout porte à croire qu'il y a une personne en particulier qui est à l'origine d'un drame.

Ma note: 5/5 que l'on ai lu le roman ou non, les liens entre les personnages est facilement compréhensible. L'histoire est prenante, et autant prenante que la version papier de Paula Hawkins. Une vision de ce qui peut se passer dans la tête des passagers d'un train. Et aussi sur l'apparence.

A voir: par les fans du roman, par les fans d'Emily Blunt, pour découvrir un thriller de couples et même le psy est impliqué
A zapper: si déjà votre vie est suffisamment compliquée comme ça pour en plus voire celle des autres (fiction quand bien même) à l'écran

"Split" de Night Shyamalan

Casting: James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Bukley, Haley Lu Richardson, Jessica Sula, Brad William Henke, Sebastien Arcelus, Neal Huff

Interdit aux moins de 12 ans
Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres. Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey, aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats.

Un déjeuner d'anniversaire entre adolescents. Une fille Casey fait bande à part, ne partage pas les effusions, et personne ne semble vouloir la ramener parmi le groupe. La brunette annonce rentrer en bus, à l'opposition de la reine de la fête et de sa meilleure amie (Claire et Marcia) et du patriarche. Les filles montent à bord de la voiture, tandis que le père charge le coffre des cadeaux... Sauf que la personne qui va se placer derrière le volant n'est pas le père.

Certaines des 23 personnalités ressortent: l'artiste Barry (seulement face à la psy), le boss Dennis, la femme Patricia et le gamin de 9 ans Hedwig. Une fois les personnalités cernées, les filles savent sur laquelle elles peuvent compter pour prétendre s'évader: Hedwig. L'individus a des entretiens avec une psy, Karen Fletcher, qui arrive à savoir à qui elle parle.


Le spectateur n'a aucune idée d'où l'enfermement a lieu, tout comme les trois adolescentes: à partir du moment où elles perdent connaissance dans la voiture, elles reprennent conscience dans la cave, tout comme le spectateur. Sachant que le tortionnaire sort uniquement chez la psy: comme ses changements d'identité, il apparait subitement sur le pas de porte de la psy, ou à l'intérieur, ou au lieu de captivité. Entre chaque mouvement, c'est comme s'il ne se passait rien, et pourtant, à l'écoute des échanges, il a un travail. Cela montre le degré d'emprises de chaque personnalité.


Sachant que Night Shyamalan est aux commandes il fallait s'attendre à soit tout bon (à la hauteur de "Signes") soit très mauvais (digne de "Phénomènes"). Alors, faut-il aller voir "Split"? La réponse est oui, sans hésiter.

// James McAvoy en tête d'affiche, avec jusque-là rien à redire à sa filmographie: il réussit à porter toutes les personnalités avec des détails à couper le souffle. La femme Patricia a des mimiques féminines que ce soit le faciès, la posture ou encore la voix. Hedwig a vraiment la voix du gamin et les phrases propres à l'enfance... Ainsi de suite.

// Le casting des adolescentes et de la psy est excellent. Les deux amies un peu huppées face à l'ado taciturne dont personne ne veut entendre parler et qui pose problèmes à l'école: elles vont devoir s'allier, et celle qui veut être seule, va s'avérer être l'atout face aux deux autres. La psy semble savoir à qui elle fait face, mais elle reconnaîtra avoir été dépassée par le personnage.

// Vous pensez voir un dénouement face au psychopathe, mais Night Shyamalan ira au-delà en révélant pourquoi Casey est aussi en retrait: cette expérience traumatisante va révéler en réalité deux passés, et deux futurs.

// Pour autre chose qu'un happy ending: tout le monde ne sortira pas indemne de cet enlèvement. Mais quel est le pire: être prisonnier de son corps avec 24 identités (23 au départ et la 24ème fini par se révéler) ou entre quatre murs? Découvrez le trouble dissociatif de l'identité !


Ma note: 5/5 le film passe de façon captivante entre le côté psycho, la manifestation des différentes personnalités, les tentatives d'évasions des adolescentes. La musique du générique de début donne directement le ton du film, pendant le film cela reste minimaliste, pour ensuite revenir en force à la fin: le rythme à venir est annoncé, le minimaliste permet de penser, et enfin la conclusion montre qu'il y a encore à en découdre.


A voir: pour les transformations dingues de James McAvoy, pour comprendre des notions psychologiques sans partir dans du charabia incompréhensible

A zapper: si l'analyse du psychopathe sur fond d'adolescentes en questions existentielles vous épuise à l'avance, si vous préférez James McAvoy dans X-Men

dimanche 5 mars 2017

"Histoires extraordinaires" d'Edgar Allan Poe

Livre en approche texte intégral: Double assassinat rue Morgue, La lettre volée, Le scarabée d'or, Le canard au ballon, Aventure sans pareille d'un certain Hans Pfaal, Manuscrit trouvé dans une bouteille, Une descente dans le Maelström, La vérité dur le cas de M. Valdemar, Révélation magnétique, Les souvenirs de M. Auguste Beldoe, Morella, Ligeia, Metzengerstein.


Une préface introduit l'auteur autour de son enfance, sa vie. Ce qui permet d'ouvrir son esprit face aux nouvelles proposées dans cet ouvrage. Les repères biographiques en fin de livre et la postface, nous en apprenons plus sur le contexte de chaque histoire: année d'écriture, la démarche recherchée par Poe, les évènements réels qui jalonnent chaque récit fictif. Nous avons donc une approche complète: la morale de chaque narration, sans oublier que la réalité n'est jamais bien loin. Edgar Allan Poe tente de rationaliser chaque histoire extraordinaire de par les échanges entre les personnages mais le lecteur est emmené à ne pas oublier la réalité même de l'auteur.

La Bibliothèque du Collectionneur propose un ouvrage très riche, il n'est pas contenté de simplement rassembler des pièces de l'auteur: il y a aussi l'histoire de l'auteur, ainsi que des notes en bas de certaines pages. Les finitions rendent le libre digne d'un ouvrage à part avec les finitions dorées et le marque page en ficelle rouge.

Le lecteur peut ainsi revisiter une oeuvre classique, le côté rébarbatif en moins: il y a une interaction entre les lignes et le lecteur. Les passages descriptifs, les dénouements, l'historique sur Poe se mêlent naturellement. Il y a une certaine logique dans l'organisation des nouvelles.

samedi 4 mars 2017

Guadeloupe, Marie-Galante, Petite Terre et Saintes

Huit heures quinze de vol en moyenne entre Paris et la capitale, cinq heures de décalage horaire en hiver et six heures en Eté, direction les Caraïbes: les île de la Guadeloupe ! Marie-Galante, Saintes, Petite Terre et bien sûr Guadeloupe. Le plus souvent, vol aller est de jour et vol retour de nuit. L'avantage: la carte d'identité suffit, puisque nous sommes en DOM-TOM. Prévoyez de la marge pour l'aéroport: il faut du temps avec transfert parking / aéroport, dépose bagage, passage de la sûreté et embarquement.


L'arrivée dépayse immédiatement, et je ne parle pas de la température à la sortie de l'avion. Les poules se baladent en liberté. Les oiseaux cohabitent avec les boeufs. Le coq chante dès les premières lueurs du jour, relayé ensuite par les grillons dans l'après-midi. Un lézard peut venir, pourquoi pas un Bernard l'ermite ou des crapauds peu farouches.


Qui dit Guadeloupe, dit gastronomie. Accras de morue ou aux légumes bien sûr, mais aussi banane flambée au rhum (local forcément ce qui rajoute un goût particulier), ti punch, colombo de poulet ou de poissons, gratin de christophine, langouste, le boucané ou encore crabe farcis... La célèbre sauce chien: un assaisonnement qui peut aller chaud ou froid, avec un poisson ou une volaille.

Accras de morue

Pour pousser plus loin l'expérience culinaire, faites un tour dans un marché local ou une supérette. Concombre, piment végétarien, navet... Pourquoi ne pas acheter quelques cartes postales de recettes avec la sauce chien et les accras de morue? Les ingrédients peuvent se trouver en métropole. En souvenirs, vous trouverez les sauces dans toute boutique local et même les hypermarchés.

Piments végétariens

Les distilleries sont bien sûr plus qu'incontournables. Selon la période de l'année, vous pourrez assister ou non à la production, quoi qu'il advienne, le lieu est toujours riche en découvertes ! Séverin, Deshaies, Damoiseau, le Père Labat... Entre la Guadeloupe et Marie-Galante (à 1h de bateau de Pointe-à-Pitre), vous avez de quoi trouver votre bonheur !

Exemple de production de rhum

Saviez vous que la distillerie Séverin a reçu le tournage de la série télévisée Meurtres au Paradis? En effet, il s'agit de la saison 4 épisode 1 intitulé "L'entrepôt aux esprits". Comme quoi, il est possible d'associer gastronomie locale et culture. Cette série est franco-britannique, au cours de laquelle un policier britannique se retrouve en mission dans les Caraïbes: gauche, il tente de s'adapter à la vie locale et se lie d'amitié avec un lézard.

Domaine de Séverin

Le côté nature est représenté par le Jardin Botanique de Deshaies. Arbre du voyageur, anthurium, balisier, flamboyant, Hibiscus ou encore Rose de Porcelaine et bougainvilliers: couleurs et odeurs sont au rendez-vous ! Si vous êtes chanceux, peut-être verrez-vous des colibris. Carpes koï, perroquets et perruches seront là au fil de votre parcours.

Arbre du voyageur, Jardin Botanique de Deshaies

La pointe des Châteaux donne un spot pour les planchistes et les marcheurs. La baignade n'est pas autorisée partout, à cause des courants et des vagues hautes (selon la période de l'année cela gronde plus ou moins). Cela peut beaucoup ventiler ! A perte de vue: l'horizon. De quoi prendre de belles photos de vagues venant se fracasser sur la côte.

La pointe des Châteaux

En Guadeloupe, il est bien sûr offert des spots sports. Comme par exemple le volcan de la Soufrière.  Altitude: 1461m. Comptez 1h30 pour la montée, au départ du parking bas et non du parking intermédiaire, à peu près autant pour la descente. Les relents d'oeufs pourris accueilleront le randonneur sur les bords du gouffre.

En haut de la Soufrière

Mais la marche de la Soufrière est récompensée ! Vous avez la possibilité de vous baigner dans une source chaude, naturelle, lieu présent à côté du parking, à côté du point de départ (et de retour). Par contre, par mesure de sécurité, il est interdit d'immerger la tête pour cause d'un organisme pouvant infester notre organisme.

Source chaude de la Soufrière

Les plongeurs sont servis avec la Réserve Cousteau. Des plongées en fonction des niveaux, un respect des milieux abordés, un briefing. Après la plongée il y a un échange sur les espèces vues en faune et flore: particularités en fonction des saisons, camouflage... N'oubliez pas votre certificat médical, carte de niveau et cahier de plongées à compléter. Il est possible de croiser la statue immergé du Commandant Cousteau. La première épave est à 23 mètres.

Réserve Cousteau

Côté culture, il y a le Musée ACTe à Pointe à Pitre et la route de l'esclavage, avec par exemple le Cimetière d'Esclaves de l'Anse Sainte Marguerite, mis à jour lors de fouilles suite à l'érosion de la côte. Il y a plusieurs sites référencés, aussi à Marie Galante.


N'oubliez pas de passer par Marie Galante. A seulement une heure de navigation depuis Pointe à Pitre,  pour 40€ environ aller-retour, vous y verrez les plus belles plages, le parcours de l'esclavagisme ainsi que quelques distilleries. La visite de l'île peut se faire en 48h, en arrivant le matin tôt et en prenant la dernière navette maritime le deuxième jour. Peu peuplée, mais riche en sable fin et possibilités de visites. La location de voiture peut se faire à la descente du bateau.

Une plage de Marie-Galante

Vous y verrez La Route de L'esclave, comme en Guadeloupe, avec la maison Roussel-Trianon, faisant parti de l'itinéraire "Trace-Mémoire en Guadeloupe". Le site est parfaitement conservé, très bien indiqué, à environ 20 minutes en voiture du port. Des panneaux retracent l'histoire de ce lieu. Le parking est herbeux, aucun risque pour les pneus (pas de cailloux).

Maison Roussel-Trianon

A Marie-Galante, vous retrouvez par exemple la Distillerie Bielle (médailles d'Or et d'Argent à plusieurs reprises) et le Père Labat. Dégustations proposées (donc petite quantité mais attention ça peut cogner !), avec boutique: il n'y a pas que le rhum de la production qui est proposé, mais aussi des T-shirt, mugs ou encore des sauces locales et cartes postales.

Cuves de distillerie

Et enfin, également au départ de la Guadeloupe, vous pouvez passer une journée à Petite Terre. Accessible en bateau uniquement, la traversée dure environ 45 minutes. Un spot idéal pour pratiquer le PMT (palmes / masque / tubas), découvrir les iguanes et le phare du bout du monde. Le déjeuner est préparé par le skipper. Accès restreint: petits groupes uniquement.

Terre de Haut, juste à côté, est interdit à tout être humain: cet îlet est réservé aux espèces animales et à la faune, pour la reproduction. Un canal sépare les 2 ilets de Petite Terre et Terre de Haut, avec un peu de courant attention, mais praticable en PMT: à partir du moment où vous ne mettez pas pied à terre à Terre de Haut, tout va bien. Et bien sur comme tout plongeur respectueux, vous ne touchez ni à la faune ni à la flore.

Iguane de Petite Terre

Egalement accessible par la voie maritime, il y a les Saintes avec Terre de Bas et Terre de Haut, navettes au départ de Pointe à Pitre ou Trois Rivières pour une quinzaine d'euros, environ 25 minutes. Terre de Haut propose la visite du Fort Napoléon, très axé sur l'ouverture maritime de l'île avec les invasions et la pêche. Une partie de la visite est avec guide, l'autre est libre. Il est possible de se balader dans le jardin et d'apercevoir des iguanes. Compter une vingtaine de minutes de marche depuis le port, ou un accès véhiculé (scooter ou van).

Fort Napoléon

Aux Saintes, à Terre de Haut, le centre névralgique de vie est au port avec des boutiques et restaurants. En sortant des sentiers battus, vous avez des criques et des restaurants authentiques. Comme en Guadeloupe, CB et espèces sont acceptées. Vous trouverez au port les locations pour scooter.

Baie maritime de Terre de Haut

Voici mon expérience guadeloupéenne. Il y a certainement encore beaucoup à voir, mais cela représente tout de même deux semaines de séjour, à crapahuter. Les moustiques peuvent être au rendez-vous, pensez à un serpentin à brûler pour la terrasse et un diffuseur pour les pièces intérieures (sachant que la climatisation freine l'invasion de moustiques dans les pièces).

Perruche du Jardin Botanique de Deshaies

Concernant les billets d'avion, vous pouvez compter entre 400 et 700€ selon la période de l'année et si vous réservez plus ou moins à l'avance. Prévoir un supplément pour issue de secours (grandes jambes) et repas spécial (végétarien, sans sel...). Quant à l'hébergement sur place vous avez l'hôtellerie et la location chez l'habitant.

Rose de Porcelaine

Plongeur, sportif, farniente: tout est bon pour passer un excellent séjour et ramener des souvenirs ! Tous les rythmes peuvent s'accorder. Je recommande un séjour de 2 semaines. Attention tout de même à l'abus d'alcool (et non comme le Sucrier sur la bouteille de rhum ci-dessous !). Pensez à bien vous hydrater au fil de la journée, pour éviter des problèmes de santé: avec l'humidité et les activités, nous nous déshydratons plus rapidement qu'en métropole. La boisson oui, mais beaucoup d'eau.

L'alcool touche tout le monde ;-)

"Logan" de James Mangold

Casting: Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen, Boyd Holbrook, Stephen Merchant, Elisabeth Rodriguez, Richard E. Grant, Eriq La Salle

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

C'est un Logan passablement dépravé qui apparaît à l'écran: barbu, alcoolique, tenant à peine sur ses jambes, chauffeur de limousine, cicatrices. Charles Xavier quant à lui est retenu dans une salle, adjacente à une ferme, avec pour seule compagnie des plantes vertes et un homme albinos ne supportant pas la lumière du jour. Un homme, avec une main robotisée, se pointe et demande à Logan de le mener à une femme mexicaine... Mais la réelle mission: une fillette de même pas 10ans.

Une grosse pression pour cet opus qui se concentre sur un personnage fort en caractère, ayant subi énormément de traumatismes (souvenez-vous par exemple de sa transformation avec les extensions métalliques). Pourquoi voir cet opus?
// Nous sommes en 2029 et nous faisons face à une nouvelle génération de mutants. Ce qui pose la questions des organismes, au sens large, génétiquement modifié. Un programme a été monté: des bébés sont issus d'éprouvettes, entraînés à l'écart du monde, sauf que cela va dégénérer.
// L'utilisation de son code génétique à mauvais escient: Logan découvre qu'il est papa d'un de ces enfants, Laura. Lui qui ne s'attache à personne, le voilà servit ! Va-t-il s'engager auprès de ces enfants, pour qu'ils aient une chance d'avoir un autre futur?
// Il y a enfin un véritable dénouement pour Charles Xavier et Logan: ils ne sortiront pas indemne de la confrontation avec la structure à l'origine des enfants mutants. C'est aussi ces enfants, qui ont grandis uniquement en centre médicalisé, qui vont faire face au monde réel, eux qui connaissent que les entraînements pour maîtriser leurs pouvoirs, à coup de crises.

Et pourtant, je ne suis pas du tout convaincue par ce nouveau volet, qui se met en parallèle à la franchise X-Men, et qui propose Wolverine et Charles Xavier.
// Logan, très réticent face à Laura, se laisse convaincre beaucoup trop rapidement de l'emmener dans le lieu appelé Eden, où elle est censée retrouver ses camarades. Il veut lui prouver ce que ce lieu est purement imagination car tiré d'un exemplaire d'un comics. Et faisant face à la réalité de cet endroit, il ira jusqu'au bout. Pour quelqu'un qui en a vu des vertes et des pas mures, il se laisse embarquer par une gamine.
// Du gore, en veux-tu en voilà. Décapitations à la clef ! Et pas du tout sous entendu: on y a droit en plein écran. Interdit aux moins de 12 ans? Moins de 16 minimum ! Laura se montre très violente, sans aucune retenue, Logan fini par prendre la suite lui qui se prône non violent désormais. Il réussiront à se temporiser, une fois la menace écartée, mais en attendant vous avez 2h de film avec des pics traversant des têtes, des gorges.

// Laura croit en un nouveau centre, un lieu de réunion avec ses congénères. Ce qui ressemble fortement à ce que Charles Xavier a réalisé. Sauf que là, il s'agit d'un lieu de transition, en vue de rejoindre le Canada. Et après? Le groupe se dissout. Alors que Charles Xavier a voulu monter une communauté. Une fois que le groupe d'enfants a franchit la frontière, il n'y a plus rien. Pourquoi alors s'engager pour les sauver, si derrière il n'y a plus rien?

Ma note: 2.5/5 car il y a enfin un vrai dénouement pour Charles Xavier et Logan, l'idée de la nouvelle génération de mutants est bonne mais très mal exploitée. Une ambiance très violente qui ne mérite pas une interdiction moins de 12ans, le film aurait été bon s'il avait été plus dans la suggestion.

A voir: par les dingues de la franchise X-Men, si vous voulez une approche paternelle de Logan "Wolverine", pour un nouveau film autours de Wolverine
A zapper: si vous ne voulez pas voir de film sur "Comment couper une tête plus ou moins proprement"